Aperçu rapproché de la KTM 450 Dakar 2019

MOTOREX_Enduro_728x90_CleanCare

KTM a dévoilé le modèle qui accompagnera leurs pilotes lors du Dakar 2019. Et la nouvelle KTM 450 Dakar 2019 est un vrai bolide !

Nous vous dévoilons tout dans ce dernier article d’actu moto d’enduromagfrance.com, spécial Ktm 450 Dakar 2019.


Palmarès

Le palmarès de KTM au Dakar est presque incroyable. 17 victoires consécutives sur la plus grande course off-road du monde. Naturellement, chaque record doit être battu et il ne fait aucun doute que Honda et Yamaha sont deux constructeurs prêts à tout mettre en œuvre pour mettre un terme au monopole de KTM.

À la veille du Dakar 2019, nous nous sommes penchés sur les motos KTM qui accompagneront les pilotes lors de la prochaine édition. Avec l’aide du chef de l’équipe KTM Factory Rally, Stefan Huber, nous avons discuté les points suivants:

  • Comment la moto a-t-elle évolué depuis le dernier Dakar.
  • Quelles sont les différences de configurations entre les pilotes.
  • Comment la KTM 450 Dakar 2019 se compare-t-elle aux motos de série.

À quel point la moto de série est-elle proche des motos KTM 450 Dakar 2019 ?

Stefan Huber: «En réalité, elles sont presque identiques. Il y a quelques petits détails qui changent, mais elles sont vraiment similaires : les moto des pilotes et les moto des clients ont toutes deux un piston de série et une bielle Pankl par exemple. Nous essayons de mettre la même qualité d’ingénierie pour les motos en série comme pour celle de nos pilotes pros, ce qui permet de satisfaire tout le monde. Par ailleurs nos motos de série portent toutes le slogan “Ready To Race” et nous ne devons pas l’oublier.»

«La plus grande différence est que les motos préparées “course” sont conçues pour les coureurs les plus rapides du monde. Nous devons donc prendre un peu de recul pour assurer leur sécurité, notamment avec la suspension Cône Valve de 48 mm. Sur les motos préparées, les pilotes ont besoin de fourches de 52 mm et d’un amortisseur plus rigide. Mais si nous faisions la même chose sur les motos en série, la suspension serait trop dur, alors nous nous devons de faire un compromis pour le pilote «de tout les jours». Ce n’est donc pas une question budgétaire mais une question de confort.»

«Entre les deux motos, il y a aussi une différence de puissance. L’embrayage Hinson et l’injection d’essence ont légèrement été modifier comparé à ceux mise en place sur les models en série mais là encore, pas de beaucoup.»

Est-ce que la KTM 450 Dakar 2019 qui accompagnera les pilotes au Dakar 2019 sera bien différente de celles de l’année dernière?

«Elles ont la même base mais nous nous sommes beaucoup améliorés au cours de l’année. Un travail particulier a été effectuer sur l’articulation de la suspension et sur les performances du moteur du model KTM 450 Dakar 2019.»

«Par rapport au modèle précédent, nous avons amélioré la stabilité et le comportement de la moto à haute vitesse et sur terrains difficiles – L’arrière de la moto a été modifier de façon à ce que la moto reste plus droite lorsque les pilotes prennent des bosses à une vitesse élevée. La nouvelle moto est une moto plus sûre.»

La tendance de nos jours pour les coureurs de rallye est d’aller toujours plus vite, tout le temps! Cela affecte-t-il le développement des models Dakar?

«Le niveau de ces gars est incroyable, ils doivent aller vite, toujours plus vite. La configuration est en partie différente maintenant parce que la moto précédente avait été développée avec un type de pilote différent – Marc Coma, par exemple, ne vient pas d’un passé de motocross comme ces gars-là et conduisait d’une manière différente. C’est une génération différente de pilotes qui attendent des choses différentes de leurs motos.»

Existe-t-il une grande différence entre les configurations des pilotes pros?

«Très peu. Peut-être un petit ajustement sur la suspension, et une hauteur de guidon différente, mais ils sont tous à moins de 5 mm les uns des autres et la plupart fonctionnent toujours de la même manière. Honnêtement, il y a très peu de différences entre la configuration des motos KTM 450 Dakar 2019.»

«Si les pilotes sont sur une étape marathon et qu’un de nos pilote veut en aider un autre, il est préférable qu’ils aient la même configuration afin de pouvoir se partager des pièces. Si les pièces de rechange sont complètement différentes sur chaque moto, il est beaucoup plus difficile d’avoir tout ce qui faut sous la main. C’est donc aussi une question d’organization et de planning.»

«Bien sûr, nous essayons toujours de rendre tous les pilotes heureux, confortable et capables d’atteindre leur meilleur niveau avec les réglages moto dont ils ont besoin.»

Une partie de la formation des pilotes consiste en une formation technique et mécanique en atelier leur permettant de réparer eux-mêmes leur moto…

«Oui, bien sûr, dans ce sport, il est important de pouvoir réparer sa propre moto. S’ils rencontrent des problèmes, ils doivent pouvoir trouver une solution.»

«Si vous avez une durite d’huile percer ou si l’un des réservoirs est endommagé, les pilotes doivent pouvoir être en capacité de réparer leur équipement pour pouvoir finir la course.»

«Nous essayons d’avoir une formation mécanique à chaque essai pour aider les coureurs à apprendre le plus possible le fonctionnement de la moto dans tous ses aspects. Nous en avons toujours pour les trois dernières séances d’entraînement avant Dakar. Ils ont tous des motos d’entraînement à la maison, alors ils travaillent aussi un peu dans leur propre garage.»

Au cours d’une course, lorsqu’un pilote se présente pour un contrôle, quel type de maintenance se produit généralement sur la moto?

«Dans une course normale, il suffit simplement de vérifier que les roues tournent, le guidon soit droit, les protège-mains ne sont pas cassés, ce genre de choses. Le filtre à air est positionné en hauteur, il n’y a donc pas tellement de poussière et, dans la plupart des cas, les arrêts de service sont réservés pour le ravitaillement en carburant. Vous n’êtes pas autorisé à travailler sur les motos. Si un coureur a un problème, il doit le résoudre lui-même. Ce n’est pas comme dans une course enduro typique avec des points de service.»

«Lors de la maintenance d’après course, la machine est nettoyée complètement, le filtre à air est changé et l’huile aussi. L’embrayage est vérifié ainsi que les plaquettes de frein.»

«En dehors de ça, il s’agit d’une maintenance normale que la plupart des pilotes font, comme vérifier la chaîne, lubrifier et évidemment changer les pneus. Comme sur une moto d’enduro.»

«Cela prend généralement deux à trois heures s’il n’y a pas eu d’accident majeur ou quelque chose du genre. La moto est assez facile à travailler et nos gars sont très rapides.»

Et pour les étapes du rallye, les pilotes font toutes les vérifications minimales eux-mêmes?

«Oui, ils font les vérifications habituelles autour de la moto pour s’assurer qu’il n’y a pas de fuite d’huile ni de problème grave.»

«Mais ils n’ont pas à travailler beaucoup sur la mécanique car la moto a été conçue pour survivre à deux étapes du rallye sans aucun problème.»

Dans d’autres formes de course enduro, les motos arrivent à la ligne d’arrivée dans un état lamentable et prêtent à partir pour la casse, est-ce le cas des motos Dakar ?

«En fait, elles sont toujours bonnes après la Dakar. Après qu’une moto est fait un rallye, nous utilisons son moteur dans une moto d’entraînement pour des tests de durabilité afin de voir les problèmes liés aux kilomètres. La plupart du temps, nous utilisons leurs moteurs pendant une saison sur les motos d’entraînement, alors vous voyez on peut les utiliser longtemps après la fin du Dakar.»

«De plus, les motos peuvent être utilisées dans le championnat du Monde. Bien sûr, elles sont entièrement entretenues, mais elles peuvent continuer à participer au championnat du Monde, même si certaines pièces seront toujours de Dakar.»

Le rallye Dakar débutera le 6 janvier à Lima, au Pérou.

Pour plus d’information consultez https://www.ktm.com/en/racing/rally/

Si tu as aimé cet article, n’oublie pas de laisser un commentaire, ou bien contacte nous directement sur notre adresse email contact@enduromagfrance.com

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de